jeudi 9 mars 2017

Le délicat problème des suppléments vitaminiques

Crotaphytus collaris (femelle) - Philippe Royer, droits réservés.
Pendant des années, les lézards insectivores captifs présentés en consultation vétérinaire avaient plutôt tendance a être affectés par des carences en calcium et/ou en vitamines. Par la suite, le problème s'est radicalement inversé et les malades ont alors présentés des problèmes inverses mais tout aussi dangereux, à savoir des hypercalcémies ou des hypervitaminoses. La raison en est l'utilisation anarchique des suppléments vitaminiques et minéraux, certains pouvant parfois être trop fortement dosés par rapport aux besoins des reptiles. Cela a conduit certains vétérinaires spécialisés à préconiser la cessation pure et simple de toute supplémentation artificielle, et à conseiller simplement de bien nourrir les proies et installer un tube U.V. adapté dans le terrarium (pour la synthèse de la vitamine D3, laquelle permet l'assimilation du calcium). D’autres préconisent l’usage de ces produits, mais à faible dose. Aujourd'hui les fabricants proposent des produits correctement dosés mais là aussi, il faut agir avec mesure.
Photo : Crotaphytus collaris (femelle) - Philippe Royer, droits réservés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire