mardi 14 mars 2017

Le génome de Pantherophis guttatus decrypté, le gène de l’amélanisme découvert

A l’heure actuelle, peu de reptiles non aviens ont vu leur génome décrypté. Anolis carolinensis a été le premier en 2011. Mais les recherches se sont accélérées, et c’est le tour de la star des terrariums : Pantherophis guttatus. La facilité de son élevage, le fait qu’elle ne soit ni venimeuse, ni de grande taille, ni agressive mais aussi la variété de mutations sélectionnées par les éleveurs en font un sujet d‘étude idéal pour mieux comprendre les variations de coloration. L’équipe d’Asier Ullate-Agote de l’université de Genève (Suisse) a donc pu décrypter 75% du génome de cette couleuvre à partir de 78 spécimens tous issus d’un mâle de forme sauvage et d’une femelle amélanique hétérozygote, la « gutt albinos » bien connue des terrariophiles, l’amélanisme étant une des formes de l’albinisme où il n’y a plus de production de mélanine, le pigment noir. L’étude publiée en 2014 a d’abord permis de comparer le génome de P. guttatus avec celui d’autres reptiles : A. carolinensis, Python molurus, Ophiophagus hannah et Gallus gallus, à savoir… la poule ! Eh oui, n’oublions pas que les oiseaux sont des reptiles ! Elle a aussi permis d’isoler deux gènes qui pourraient expliquer l’amélanisme. Ce sont les gènes OCA2 et Tyrp2. Fin 2015, l’équipe helvético-suédoise de Suzanne V. Saenko a publié une nouvelle étude qui fixe précisément lequel des deux gènes est responsable de l’amélanisme : le vainqueur est le gène OCA2 dont l’expression est perturbée par l’insertion d’un rétrotransposon à LTR. Pour nous éleveurs, mis à part que vous dormirez plus intelligents ce soir (à condition de savoir ce qu’est un retrotransposon !), ça ne change pas la face du monde ni les pratiques d’élevage. Mais pour les scientifiques qui étudient la biologie évolutive du développement ou EvoDevo, l’intérêt réside dans la compréhension des mutations de coloration qui apparaissent dans la nature et engendrent des variétés de coloration pouvant, au fil du temps et via la sélection naturelle, engendrer de nouvelles espèces.

En savoir plus :
Ulatte-Agote A. et al. 2014. The genome sequence of the corn snake (Pantherophis guttatus), a valuable resource for EvoDevo studies in squamates. Int. J. Dev. Biol. 58 p.881-888.
Saenko S. V. et al. 2015. Amelanism in the corn snake is associated with the insertion of an LTR-retrotransposon in the OCA2 gene. Sci. Rep. 5, 17118 ; DOI :10.1038/srep17118

Vincent Noël

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire